En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > Histoire > Histoire de l’Europe > Ces Justes qui sauvèrent des milliers de vie
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Ces Justes qui sauvèrent des milliers de vie

Daniel Pierrejean

Jourdan
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
9,99

Ajouter au panier
Suivez le destin d'hommes et de femmes qui ont contribué à sauver des milliers de juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

«?Certains luttèrent à leur manière contre la peste brune, comme Oskar Schindler, un Allemand, Varian Fry, un Américain, ou même encore Aristides de Sousa Mendès, un diplomate portugais en poste à Bordeaux qui sauva de la mort plusieurs dizaines de milliers de juifs contre la volonté de son gouvernement de Lisbonne. Qu’est-ce qui pouvait bien rapprocher tous ces hommes et toutes ces femmes, si différents, sinon cet humanisme universel, cette grandeur d’âme, en ces temps si troublés ? Rien ou souvent très peu de choses. Ils ne se connurent pas, ne se rencontrèrent jamais durant cette terrible guerre, mais agirent presque de concert face au fascisme, au totalitarisme, alors que les gouvernements du monde libre se montraient quasiment impuissants face à Hitler et au système nazi.?» Per ANGER
Découvrez les destins incroyables de...
... Varian Fry, un journaliste américain qui, depuis Marseille, a aidé près de 4000 juifs ou dissidents à fuir l’Europe. Parmi eux se trouvaient l’artiste Marcel Duchamp, la philosophe Hannah Arendt et l’écrivain André Breton.
... Raoul Wallenberg, un diplomate suédois, envoyé en mission en Hongrie pour sauver les juifs.
... Oskar Schindler, un industriel allemand, qui engagea dans ses usines plus de mille juifs.
... Aristides de Sousa Mendès, un diplomate portugais, qui délivra des visas aux personnes souhaitant fuir le régime de Vichy.

Plongez-vous dans la lutte contre le fascisme avec ce livre d'histoire qui retrace les actions de ceux que l'on nomme les Justes, engagés corps et âme dans la protection des juifs durant cette période sombre.

EXTRAIT

Face aux événements tragiques qui se préparaient, Carl Lutz avait décidé de passer à l’action et n’avait pas tardé à réagir vigoureusement. Le vice-consul avait alors placé sous protection diplomatique suisse le bureau hongrois du Conseil juif pour la Palestine. Un moyen qu’il pensait très efficace, mais l’était-il vraiment ? Dans le même temps, le diplomate de la Confédération helvétique avait décidé d’accélérer notablement la délivrance des lettres de protection. Sous son impulsion, on en diffusait des milliers et des milliers, notamment à toutes celles et à tous ceux qui n’étaient plus protégés par des certificats palestiniens. Sa méthode était relativement simple. Il agissait sur deux plans. Déjà, sur la délivrance de documents du consulat ; chaque juif hongrois pouvait recevoir l’une de ces lettres de protection ; un document dont la valeur internationale était discutable… Cependant, c’était un premier pas, mais notoirement insuffisant face à l’acharnement et à la violence des nazis et des Croix fléchées, ces fascistes hongrois qui œuvraient sans foi ni loi, tuant sans vergogne, dans tout le pays et à Budapest même. Ce qui préoccupait surtout le vice-consul de Suisse, c’était la validité juridique de tels documents. Quelle portée avaient-ils en droit international ? Presque rien. Il le savait pertinemment. Mais à ses yeux, il y avait urgence et il avait dû agir sans tarder. La présentation de telles lettres pouvait freiner momentanément les rafles.

Ceux qui ont été intéressés par Ces Justes qui sauvèrent des milliers de vie ont aussi consulté :